Evoquant le monde des camps, les personnages, aussi monstrueux que drôles rôdent autour des mots du poète. Pris dans les méandres d’un système qu’ils pensent maîtriser, du colonel passionné de philatélie au général féru d’échec en passant par le journaliste de la Liberté qui trouve l’amour en la personne de Plume, ils pensent tous agir selon leur libre arbitre, mais une autre vérité se cache dans les failles de ce monde-machine, bien plus cruelle encore… Dans cette pièce se fait jour une tension nouvelle, une inquiétude accrue : celle de se sentir vivre à présent dans un monde sans espoir, où les rêves eux-mêmes sont traqués, où c’est l’esprit que l’on veut, bien plus que le corps, anéantir. Cauchemar sans acte et sans fin, tel est le sous-titre de cette pièce évoquant le monde des camps, face cachée et meurtrière de la Yougoslavie de Tito. Mise en scène : Caroline Corme
Avec : Didier Forest (le général), Rachel Huet-Bayelle et Claire Van Rechem (les soldats), Ivan Le Goff (le journaliste), François Leroux (le colonel), Jérôme Rodrigues (le sergent), Kim Schwarck (Plume) et Nicolas Wan Park (l’Oreille)
Création lumière: Lionel Vidal
Univers sonore: Jean-François Leroux